Close
LA VICTOIRE EN CHANTANT / COUP DE TÊTE Agrandir l'image

LA VICTOIRE EN CHANTANT • COUP DE TÊTE

MBR-067

Neuf

Musiques composées par Pierre Bachelet

Music Box Records - Édition limitée à 350 exemplaires • Épuisé

Plus de détails

Ajouter à ma liste d'envies

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point de fidélité pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,25 €.


En savoir plus

Pour la première fois en CD et en version complète. 56 minutes de musique dont environ 20 minutes totalement inédites.
Livret de 8 pages, notes internes français-anglais par Nicolas Magenham.

Au début des années 70, Pierre Bachelet acquiert une certaine notoriété dans le milieu de la publicité, en travaillant comme illustrateur sonore. Il y fait la connaissance de Jean-Jacques Annaud, pour qui il composera par la suite les bandes originales de ses deux premiers longs métrages, les très corrosifs La Victoire en chantant (1976) et Coup de tête (1979).

Coup de tête raconte l’histoire de François Perrin (Patrick Dewaere), un footballer d’un club de province qui est injustement exclu de l’équipe et renvoyé de l'usine qui l’emploie. Puis, victime d’un faux témoignage de notables de la ville, il devient le coupable idéal d’un viol qu’il n’a pas commis. Il est mis en prison, mais en sort quelques temps après, à la demande du patron du club, qui a besoin d’un bon joueur pour un match important. Perrin marque deux buts, devenant ainsi la star de la ville. Il va alors pouvoir savourer sa vengeance… Le film décrit le combat de « l’homme seul contre tous », une solitude qui s’exprime avec une certaine force dans une plage comme L’hymne de Trincamp, une bande démo enregistrée sur un magnétophone bon marché, et dans laquelle Bachelet chante seul au piano. Quant au thème principal, il est interprété par un soliste incontournable de la musique de film : le siffleur. L’air sifflé est un clin d’œil aux westerns et aux films de guerre, ce qui est renforcé par le fait qu’un autre instrument emblématique du western (l’harmonica) vient parfois s’immiscer dans la partition, ainsi qu’une basse ostinato qui traduit la vengeance qui se trame. Mais Coup de tête est avant tout une comédie satirique. Le sifflement de Bachelet n’est pas foncièrement belliqueux, il est au contraire désinvolte, naviguant avec détachement sur une mélodie simple et douce (c’est d’ailleurs le compositeur lui-même qui a prêté ses lèvres lors de l’enregistrement de la musique).

Trois ans avant Coup de tête, le duo Annaud/Bachelet avaient déjà fait mouche avec La Victoire en chantant, Oscar du meilleur film étranger en 1977. Le film se passe en Afrique-Equatoriale, en 1915, dans une région où cohabitent un poste militaire français et un poste militaire allemand. Les Français (interprétés entre autres par Jean Carmet et Jacques Dufilho) apprennent avec cinq mois de retard qu’un conflit oppose la France et l’Allemagne. Animés par un sursaut patriotique, ils partent alors à la conquête du poste allemand. Le film dresse le portrait de colons méprisant envers les indigènes, et pathétiques dans leur désir de rejouer la Guerre Mondiale en miniature. Par sa simplicité et sa naïveté utopique, le thème principal composé par Bachelet porte un regard ironique sur sa propre rythmique, une marche militaire ridiculement emphatique, qui personnifie toute la lourdeur des colons.

Après Le Dernier Amant romantique et Capitaine X... (MBR-047), Music Box Records est donc fier de mettre une nouvelle fois à l’honneur un aspect de l’œuvre tendre et ironique de Pierre Bachelet pour le cinéma, dans un album qui contient par ailleurs de nombreux inédits.

LA VICTOIRE EN CHANTANT (32:22)COUP DE TÊTE (24:08)

1. La victoire en chantant (2:50)
2. La lettre (2:10)
3. La bataille (2:48)
4. En franchissant le Rhin (3:04)
5. La chanson des souliers (3:05)
6. La victoire en chantant (2:49)
interprété par Pierre Bachelet
7. Recrutement sur le marché (2:35)
8. Thème de Fresnoy (2:49)
9. La revue de Fresnoy (2:45)
10. Les tambours de la Côte d'Ivoire (2:09)
11. Final (2:10)
12. Générique de fin (inédit) (2:35)

13. Générique début (2:14)
14. En voyage (1:35)
15. L'inspecteur, le Président et sa femme (1:29)
16. Sortie de prison (1:24)
17. Invitations à dîner (1:44)
18. Allez Trincamp ! (2:20)
19. Station-service (2:05)
20. Hymne de Trincamp (0:50)
interprété par Pierre Bachelet
21. La victoire en fanfare (1:24)
22. La revanche (2:31)
23. Générique de fin (3:51)
24. Générique début (version alternative) (2:12)

Durée totale CD • 56:32

Close