Close
INDISCRETION OF AN AMERICAN WIFE / THE BLACK ORCHID Agrandir l'image

INDISCRETION OF AN AMERICAN WIFE / THE BLACK ORCHID

DCM 135

Neuf

Musiques de Alessandro Cicognini

Disques Cinémusique

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

16,63 €

Ajouter à ma liste d'envies

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point de fidélité pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,25 €.


En savoir plus

Contemporain de Nino Rota, Alessandro Cicognini est un compositeur de formation classique qui a écrit la musique de quelque 150 films dans son Italie natale et collaboré à certaines coproductions américaines, comme en témoignent les deux partitions réunies ici, présentées pour la première fois en format numérique.

Station Terminus (1953) s'attarde sur la dernière rencontre, à la gare centrale de Rome, d'une femme mariée infidèle mais repentante et de se son amant italien. D'après un scénario de Cesare Zavattini, dialogué par Truman Capote, Vittorio De Sica a tourné en anglais ce mélodrame mettant en vedette Montgomery Clift et Jennifer Jones, l'épouse du producteur délégué David O. Selznick. Mécontent du résultat, Selznick retrancha près du tiers du minutage pour le marché américain, et renomma cette nouvelle version Indiscretion of an American Wife.

De Sica a fait ici appel au maestro Alessandro Cicognini, comme ce fut le cas quelques années auparavant pour des oeuvres associées au néoréalisme et devenues des classiques du cinéma italien tels que Shoeshine, Le Voleur de bicyclette et Umberto D. Le compositeur déploie tout le lyrisme requis pour rehausser cette histoire intimiste et plutôt statique. Les mélodies qui abondent dans toutes les sélections sont tenues principalement par les violons, dont la suavité nous fait oublier l’âge de l’enregistrement.

Le drame de Martin Ritt, L'Orchidée noire (1958), raconte les efforts de deux veufs, incarnés par Sophia Loren et Anthony Quinn, qui souhaitent refaire leur bie ensemble en gagnant l'approbation de leur progéniture respective. Le titre fait allusion au charme austère de l'héroïne endeuillée au début de l'histoire et à son travail dans une fabrique de fleurs artificielles. Le "happy ending" est conforme au modèle hollywoodien mais Loren prouve une fois encore qu’elle a bien davantage à offrir qu’un physique d’exception tandis que Quinn livre une performance impeccable dans son rôle de brave homme, animé d’un appétit de vivre contagieux.

La musique de Cicognini rappelle les origines italiennes de Rose. Elle est constituée ici de suites qui ont été réengistrées ou à tout le moins remixées pour les besoins de l'album stéréophonique. Outre quelques plages à teneur dramatique pimentées de jazz, la bande originale de 30 minutes offre notamment, dans de multiples variations, un délicieux thème d'amour arrangé pour flûte, clarinette et cordes, ainsi qu'une "chanson" plus légère, Hurdy Gurdy Song, qui est en fait interprétée au piano mécanique puis à l'accordéon avec accompagnement orchestral. Livret bilingue de 12 pages en couleur.


INDISCRETION OF AN AMERICAN WIFE (1953) mono
01 Terminal Station 4:07
02 The Meeting 4:19
03 Rendez-vous 3:41
04 Search and Near Accident 3:21
05 Deserted Car 2:37
06 Decision 3:56
07 Parting 2:49

THE BLACK ORCHID (1958) stereo
08 Prologue 2:27
09 Hurdy Gurdy Song 2:05
10 First Meeting / State Farm 5:27
11 Love Theme / Rhumba / Reprise Love Theme 5:19
12 Deep Thought / Rose Consents 1:52
13 Ralphie blames Roses 2:17
14 Hurdy Gurdy Song 2:53
15 Ralphie Returns 4:43
16 Love Theme and Hurdy Gurdy Song Finale 3:09

TT 55:20

Produits complémentaires

Close